Non classé

À Paris, la protestation contre la profanation de Castellucci s’est déplacée vers le théâtre « 104 »

Commentaires (4)
  1. Geneviève dit :

    J’ai écouté en rediff l’émission de ce matin “La voie est libre” sur Radio Notre-Dame consacré à Castelluci.Y était présent : L’abbé Grosjean, le directeur du théâtre de la ville et un courageux représentant de CIVITAS. L’abbé Grosjean ne s’est pas conduit comme un prêtre courageux ! “Il faut discuter,il faut voir comment on peut agir !… Autrement dit : Ne vous mouillez surtout pas ça peut faire mal !….” Il n’y avait que le représentant de Civitas qui essayait de se faire entendre mais qui était comme un chrétien face aux lions dans les arènes ! J’avais la conviction chevillée au corps de revivre la polémique sur la violence du merveilleux film de Mel Gibson “La Passion du Christ”.

  2. Robert dit :

    Je conseille à tous d’écouter le podcast de l’émission concernant cette polémique sur le site de de Radio Notre Dame.
    C’est très intéressant.
    Même avec des réserves que j’ai exprimé concernant l’attitude de Civitas, je trouve que son représentant se débrouille bien, gardant son calme face à l’agressivité contenue du directeur du théâtre. Pareil pour l’abbé Grosjean.
    D’ailleurs, ce dernier devrait remercier son association tant l’accusation de blasphème vaut succès et soutien garanti pour un spectacle.
    Maintenant, qu’on me cite la mobilisation et le soutien dont ont pu bénéficier des films comme Katyn , la Passion du Christ, Bella, et autres, pour pouvoir être diffusé en France.
    Leur conception de la liberté à défendre est très biaisée et ses accents indignés de victime sonnent faux.

  3. Geneviève dit :

    Pour la Passion du Christ : La regrettée association “Pro Passio” du courageux responsable de ce blog qui a publié et édité lui-même un excellent abécédaire sur le film “La Passion de Mel Gibson de A à Z”, affronté SEUL plateaux de TV hostiles pour défendre ce chef-d’oeuvre jusqu’au bout !

  4. Michèle dit :

    Genevièe

    Tout comme vous je n’ai pu m’empêcher de penser au film de Mel Gibson. Ceux qui voudraient à présent nous faire admettre l’ordure et l’abjection comme symboles de l’abaissement et des outrages de la Passion, ne sont-ils pas les mêmes qui poussaient des cris d’orfraie en dénonçant la violence et même l'”obscénité” sanglante du film de Gibson?
    Le curé d’une paroisse que je fréquentais occasionnellement a eu l’audace d’employer ce terme et il n’a pris conscience de ce qu’il disait que lorsque je lui ai demandé s’il considérait tous ceux qui aimaient ce film comme des amateurs d’obscénités.
    En fait bon nombre de ces gens ne sont que les caisses de résonance de leur hiérarchie, ou des media, sans aucune
    réflexion personnelle

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services