Non classé

Contre la “pièce” de Castellucci, les Milanais se sont eux aussi mobilisés

Commentaires (4)
  1. Avatar Michèle dit :

    Une nouvelle réconfortante..cela fait deux avec la précédente.
    Il y a tout de même aussi de quoi soutenir l’espérance!

  2. Je suis du Canada et je suis moi aussi Contre la “pièce” de Castellucci,c’est de la diffamation

  3. Avatar Laure dit :

    Puisqu’on parle du loup…

    Parmi les soixante-et-onze catholiques appelés à comparaître au tribunal suite à ces protestations en France, les neuf auteurs des jets d’oeufs et d’huile de vidange ont été jugés en référé le 15 février à Paris. Trois d’entre eux ont été relaxés, les six autres condamnés à une amende délictuelle de 300 €… pour un délit que presque aucun n’a commis. En effet, lancer un projectile sur un policier est un délit, mais le lancer sur des spectateurs n’est passible que d’une contravention… et que dire de ceux qui n’ont touché qu’une porte du théâtre ou le bitume de la chaussée ?
    Les deux jeunes gens qui étaient perchés sur la façade du théâtre doivent verser chacun 400 € de dommages et intérêts supplémentaires à deux policiers disant avoir été touchés par mégarde. Habitués qu’ils sont aux pavés, aux cocktails molotov et aux tirs de mortiers, on comprend quel préjudice moral a pu leur causer un oeuf volant à basse altitude…

    La nuit des évènements, lors de la (remarquablement longue) garde à vue, les policiers, déjà embarrassés d’avoir des prisonniers arrêtés pour un tel motif, n’avaient rien contre eux puisque les quelques spectateurs touchés n’avaient pas porté plainte. Ils ont dû inventer des “victimes” policières pour satisfaire aux pressions de la mairie.
    Le parquet, sous pression aussi, a tout de même proposé trois relaxes et des peines légères en raison de la “propagande” qui ne manquerait pas d’être faite autour des conclusions du procès.
    Le juge, résolument hostile, a accompli le tour de force de condamner six personnes sans parvenir, en cinq pages de justifications, à exposer le motif précis de la condamnation. On hésite, à la lecture, entre “le risque de toucher un policier” (toute dernière innovation du droit français sans doute) et “l’oppression du droit culturel des spectateurs” (qui n’était pas l’objet du jugement).

    Antichristianisme d’Etat ? Une vieille tradition révolutionnaire française !

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services