Non classé

Les premiers résultats électoraux sont inquiétants pour les chrétiens égyptiens

Commentaires (6)
  1. Michèle dit :

    Se peut-il qu’il y ait eu des imbéciles pour ne pas le prévoir? On se demande ce qui l’emporte de la malhonnêteté, du cynisme, de l’indigence de la pensée ou carrément de l’idiotie chez les pauvres types au pouvoir et dans les media majoritaires?
    La trithérapie ne viendra pas à bout de cette forme pernicieuse particulèrement rebelle de sida mental. L’eau bénite peut-être?

  2. 974 dit :

    Les pseudo “révolutions sont en fait une catastrophe pour les Chrétiens de ces pays. Pour contenir la haine et l’agressivité des “soumis” envers les femmes, les Chrétiens….. il faut malheureusement des dictateurs à poigne, axés sur une idéologie politique farfelue mais laïque qui leur donne l’autorité nécessaire pour écraser tout penchant islamiste.
    En Tunisie, sous ben ali il n’y avait pas d’islamistes, les tunisiens fréquentant trop les mosquées étaient étroitement surveillés et au besoin éliminés, les femmes étaient en sécurité, la polygamie était interdite… aujourd’hui ils sont plus pauvres que jamais, un autre dictateur prendra évidemment le pouvoir mais lui ne sera pas laïque, et il imposera la charia et replongera son pays dans la préhistoire.
    Même chose en turquie avec attaturk, en Egypte avec moubarak, iraq et en syrie avec le “parti” baas. En syrie, le père assad, n’a pas hésité unn instant à massacrer 10000 “frères musulmans” pour les empêcher de prendre le pouvoir. Bientôt son fils sera éjecté et des “soumis” qui n’ont jamais voté se tourneront vers les islamistes et le pays deviendra un nouvel afghanistan.
    C’est malheureux mais la seule manière prouvée de contenir l’agressivité de ceux qui suivent le pillard faux prophète est la dictature laicisante.

  3. MARTIN dit :

    Ils ont bonne mine les dirigeants occidentaux maintenant que les islamistes sont au pouvoir en Tunisie, en Egypte et bientôt en Libye. Ils ne peuvent pas dire qu’ils ignoraient ce qui allait se passer. Sinon à quoi servent nos services de renseignements? On a “libéré” ces pays d’un dictateur pour les placer sous le joug d’un totalitarisme politico-religieux qui ramenera ces pays à l’époque du Moyen-Age. Belle réussite des “démocraties”occidentales!

  4. sam bruschi dit :

    Il n’ y a de toute façon rien à attendre d’ individus d’ âge mental 3 ans !!

  5. etincelle dit :

    Peut-être que l’agence française l’Agence France Palest. nous informera impartialement sur le sort des chrétiens face à cette religion d’amour et de tolérance.

  6. PRINCE dit :

    Egypte/islamistes Bougrab inquiète
    AFP Publié le 03/12/2011 à 08:16

    *
    *
    *
    S’abonner au Figaro.fr

    Jeannette Bougrab, secrétaire d’État à la Jeunesse, exprime aujourd’hui de manière virulente dans une interview au Parisien son inquiétude face aux succès des partis islamistes dans les urnes au Maroc, en Tunisie et en Egypte. “C’est très inquiétant”, déclare Mme Bougrab, fille de harki.
    “Je ne connais pas d’islamisme modéré”…”Il n’y a pas de charia +light+”.

    Interrogée sur le fait de savoir si le discours de la diplomatie française devrait être plus ferme face aux islamistes portés au pouvoir par les urnes au Maroc, en Tunisie et en Egypte, la secrétaire d’Etat répond:

    “je ne suis pas ministre des Affaires étrangères.
    Je réagis en tant que citoyenne, en tant que femme française d’origine arabe”.

    “Ben Ali ou Moubarak avaient agité le chiffon rouge des islamistes pour obtenir le soutien des pays occidentaux”, rappelle-t-elle.
    “Mais il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse.
    Moi, je ne soutiendrai jamais un parti islamiste. Jamais. Au nom des femmes qui sont mortes, de toutes celles qui ont été tuées, notamment en Algérie ou en Iran, par exemple, parce qu’elles ne portaient pas le voile.”

    “Je me refuse à croire qu’il y aurait une sorte de malédiction sur ces pays arabes, que le choix devrait se résumer entre les dictatures et l’islamisme, entre la peste et le choléra”, insiste Mme Bougrab.
    Interrogée sur le caractère démocratique des victoires islamistes, elle n’hésite pas à affirmer: “parfois la dictature est venue des urnes.” “Je fais partie de celles qui estiment qu’on peut interdire des partis politiques fondés sur des pratiques qui portent atteinte à une Constitution”, conclut-elle.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services