Non classé

Manifestation “érotique” au Prieuré de Saint-Cosme

Commentaires (9)
  1. Melmiesse Gilberte dit :

    des bacchanales au 21eme siècle? au conseil régonal on n’invente pas une nouvelle civilisation on prend tout ce que les latins avaient de plus vil, ça fait branché? mais tout de même bien vieillot et ringard ça n’amuse plus changer de chansons: des airs fleuris et parfumés

  2. Véronique dit :

    L’érotisme, depuis 68, c’est devenu tarte à la crème. Un poncif de remplissage (!) de presque tous les films et téléfims.
    Le populo loue toujours des cassettes porno, mais pour y intéresser des gens plus subtils, et ce sont eux que la poésie ou prétendue telle va vouloir attirer, le Conseil Général a procédé à un double trucage :
    .
    -l’égide de ce pauvre Ronsard, qui n’en demandait pas tant, ce qui va faire illusion quant à la qualité des textes présentés
    -le contraste sulfureux entre le passé des lieux et leur destination visible pour l’attrait du scandale, artifice auquel s’accrochent tous nos nuls à commencer par “l’artiste inspirée” de Nantes…
    .
    COMPTE TENU DU NIVEAU ABYSSAL DE LA PLUPART DES CREATIONS ARTISTIQUES, ON SE DEMANDE CE QUE L’ON VA ENCORE POUVOIR INVENTER POUR LEUR PROMOTION !!!

  3. Véronique dit :

    -le contraste sulfureux AVEC le passé des lieux et leur destination visible, pour …

  4. Ferette Jean-Marie dit :

    En quoi cela a-t-il a voir avec la christianophobie? Parce que cela s’appelle “prieuré”? Je ne comprends pas…On dirait qu’il n’y a vraiment pas de christianophobie et que l’observatoire n’a rien à se mettre sous la dent? D’ailleurs en quoi la poésie érotique est-elle contraire au christianisme? Et le “Cantique des Cantiques”? et les peintures de personnages dénudés dans toutes les églises de Rome et de ma chrétienté???Vraiment je ne vois pas où est le problème?

  5. Jofel dit :

    ” Que celui qui est souillé se souille encore…(même en esprit)…que celui qui est saint se sanctifie encore” (Apo.22:11). Il n’y a aucune similitude entre le “Cantique des Cantiques” qui est un chant à l’Amour fidèle avec une allégorie au Peuple de Dieu (fiancée) qui attend son Roi et ce spectacle à connotation érotique dont le titre ” Dérives de l’esprit” serait plus approprié. Par ailleurs, certaines nudités artistiques “religieuses”, comme Adam et Eve par exemple, rapellent une où des situations de notre histoire avec la vision de l’artiste sur le sujet, la nudité exprimant alors non un érotisme (que pour les esprits tordus) mais le fait que devant Dieu l’homme ne peut rien cacher de ce qu’il est au plus profond de lui.
    S’agissant du Prieuré, j’avoue ne pas connaître son affectation ou usage actuel. S’il est vide de sons sens et qu’il ne reste que le témoignage des pierres on peut y chanter ce que l’on veut, Dieu n’est certainement plus là, car Dieu est présent là ou deux ou trois sont réunis en son nom. Par contre, s’il est encore maison de prière, le tableau de l’Evangile relatant le Christ chassant les vendeurs du temple est d’actualité.
    Je vous souhaite un bonne réflexion, Ferette.

  6. Jofel dit :

    “…rappellent une ou des situations…”

  7. Véronique dit :

    @Jean-Marie,
    il ne vous manque plus qu’à citer les papes qui ont eu des maîtresses, et leurs batards !
    quant aux représentations, il faut avouer que l’art a souvent été une compromission très douteuse avec “le siècle”, comme on disait.
    Et ces deux réflexions m’amènent à penser que vous avez dû, catholique un peu gaillard-paillard et amis des images, surtout dénudées, réjouir secrètement nos frères protestants que je salue bien oecuméniquement en ce mardi matin.
    .
    Pour le “Cantique des cantiques”, il appartient à la Bible-qui n’est pas toute sainte, et il demeure étranger au NT, base du christianisme.
    Ce n’est même pas la Loi de Moïse -dont Jésus reprenait, entre autres, l’aversion pour le stupre et la fornication.

    @Jofel

    Le prieuré a été religieux pendant huit siècles.

    Et c’est aussi (car on se sert également du nom de Ronsard, attaché à ce lieu, pour tromper sur la qualité)
    en souvenir de cela et par contraste provocateur,
    que le Conseil Général a placé l’érotisme en ce lieu : il a sans doute trouvé piquant que l’on mît (subjonctif imparfait, de bon matin) le cul en rimes à cet endroit-là.

    L’intention est donc mauvaise, perverse…christianophobe.
    .
    Tout ceci l’auditeur et Côme l’ont bien compris !

  8. Michèle dit :

    C’est encore une affaire de vieux chnoques obsédés à qui le frisson de la transgression tient lieu de viagra ! Et une affaire de fric, aussi,ne nous y trompons pas.
    Tout cela sent l’impuissance à créer quoi que ce soit : ce serait presque risible, n’était l’intention perverse de ces nuls qui viennent en parasites utiliser ce qui est beau et noble pour leurs bouffonneries scabreuses, en prenant Ronsard en otage.
    A quand un festival de l’obscénité dans un ancien lieu de culte musulman ?…Humm : courageux mais pas téméraires!!

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services