Non classé

Rumeur de projet d’assassinat du patriarche œcuménique de Constantinople

Commentaires (10)
  1. Expédit dit :

    Bonjour,
    En français correct, on doit écrire : “après qu’eurent circulé” et “à des tiers ce projet”.

    1. @Expédit
      Juste ! Après que n’appelle pas le subjonctif. Merci.

  2. Les paroles du Christ Jésus sont très claires à tel point que celui qui vit dans la vérité l’accepte avec plus de compréhension.
    S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi. Jean 15/20
    C’est pourquoi le Christ nous dit: Efforcez vous de passer par la porte étroite.
    Merci et bonne journée dominicale.

  3. Melmiesse dit :

    Et comme d’habitude la justice déclarera fou l’homme arrêté, comme l’assassin de Monseigneur Podovese et les autres auparavant

  4. theofrede dit :

    vous êtes bien sur que ce n’est pas le gouvernement turc qui aimerait le voir disparaitre ?
    avec leur législation, il sera de plus en plus difficile de le remplacer

  5. Goupille dit :

    Espérons que cette nouvelle va aider les angéliques mono-dialogueurs avec l’islam à comprendre que la Turquie ne doit, à aucun prix, être admise au sein de la moribonde Communauté Européenne.

    Nous avons déjà suffisamment de problèmes à régler sans y ajouter un retour de la Sublime Porte et de ses comportements traditionnels.

  6. theofrede dit :

    hélas, la Sublime Porte, qui reconnaissait les communautés chrétiennes, a disparu et été remplacée par une république prétendument laïque qui a fait disparaitre le christianisme d’Anatolie et en persécute les quelques restes

  7. Dranem dit :

    Soit dit en passant :

    Pourquoi donnez-vous du “Ier” à Bartholomée, et ne donnez-vous pas du même “Ier” au pape François Ier ? La critique de cette incohérence s’adresse aussi à tous les médias et à tous les gens qui s’obstinent à dire et à écrire “François”.

    Il est vrai que “François” tout court, c’est dans l’air “misérabiliste” de l’époque. Ca fait tellement dans le sens d’un “François d’Assise” (non pas le saint réel, mais tel qu’on se l’imagine de nos jours), et selon l’image misérabiliste qu’on tient à donner de l’Eglise aujourd’hui, et que nombre de clercs véhiculent eux-mêmes très volontiers. Dire “François” tout court, ça fait (idéologiquement) plus “pauvre”, plus “pieds nus”, plus “humble”, plus “Eglise de l’Enfouissement”, n’est-ce pas ? Alors que dire “François Ier”, ça ferait si insupportablement “royal”, “puissant”, et surtout si horriblement pontifical.
    Et pourtant le Pape est bien un pontife et un Chef, et le Docteur suprême de l’Eglise. Il n’est pas un moine ni n’a vocation à être moine. Il n’y a qu’un Bartholomée et on lui donne systématiquement du “Ier”, mais à François Ier, non.

    Surtout qu’on ne nous ressorte pas la fameuse tarte à la crème selon laquelle il est le premier à se nommer ainsi parmi les papes. Ou la tarte à la crème de le confondre avec le roi de France François Ier. Alors que, dans l’ordre des préséances dictionnairiques, par exemple, les Papes ont priorité sur les rois et les empereurs (ouvrir le Larousse des noms propres). Si le roi François Ier pouvait, imaginairement, se présenter devant le Pape François Ier, le roi mettra genou en terre devant le Pape et lui baisera la main. Qu’est-ce qu’un roi de la terre devant le Vicaire de Jésus-Christ ? D’une certaine manière, l’on peut dire que désormais, historiquement, la priorité du nom “François Ier” va à l’actuel Pape de Rome, et non plus au roi français du 16e siècle. Et dans les dictionnaires futurs, le Pape François Ier sera mentionné sous ce nom en premier, et les rois de ce nom en second.

    Enfin : au sujet du tire de patriarche “oecuménique”.
    Laissons ce qualificatif exorbitant (signifiant patriarche “de l’Univers” ( ! ) à la terminologie et au langage des orthodoxes, et des Eglises orthodoses. Il n’est pas dans le langage catholique, et le 28e Canon du Concile de Chalcédoine a été cassé et anéanti par le Pape S. Léon Ier le Grand.
    Certes, par conciliation, condescendance, et courtoisie “protocolaire”, il arrive au Saint-Siège de donner parfois du “patriarche oecuménique” à l’évêque de Constantinople. Mais le Saint-Siège a des raisons politiques et diplomatiques que les simples particuliers n’ont pas, notamment s’ils sont catholiques.

    1. theofrede dit :

      si vous prenez la liste des papes, vous vous rendrez compte qu’aucun de ceux qui sont les seuls à avoir porté leur nom n’est qualifié de 1er
      si les Byzantins, en ce qui les concerne, ont une autre coutume, cela ne regarde qu’eux et ne peut en aucun cas s’imposer aux Latins
      je crois savoir, au surplus, que c’est le pape lui-même qui a demandé à ne pas être numéroté
      en ce qui concerne l’attitude du roi de France François Ier envers le pape, je crois me souvenir qu’elle fut assez cavalière

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services