Non classé

Une chapelle catholique profanée au Sénégal

Commentaires (2)
  1. J’ai vécu et travaillé au Sénégal durant sept ans, j’y ai fait des amis sincères, ayant moi-même aidé à la création d’une chaîne humanitaire bien chrétienne et à l’organisation d’un dispensaire. Le sénégalais est tolérant et même s’il y a 90% de musulmans, je n’ai pas vu un seul fanatiques. Le chrétien vit sa foi sans entrave et le Dimanche, les églises sont pleines de fidèles. Si vos pas vous mènent dans ce pays, allez visiter l’abbaye de Keur Moussa, vous serez ému !
    Je connais personnellement le Général Pathé Seck et je ne crois pas que celui-ci laissera ce crime impuni. Je signale que cet acte de vendalisme serait du fait d’une minorité de sénégalais entraînés par des bandits étrangers (Maurétaniens, Maliens ou même Soudanais) et qui veulent à tout prix déstabiliser ce pays pour le faire glisser dans le fondamentalisme. Il est à signaler que récemment, un attentat qui visait la base française de Dakar a été déjoué de justesse.

    1. Avatar GARCIA G. dit :

      Bonjour,
      Je viens de m’inscrire sur votre site et prends connaissance à l’instant de votre commentaire.
      Je suis entièrement d’accord avec vous, Jean-Marie. J’ai travaillé bénévolement au Sénégal et dans différents pays d’Afrique francophone durant mes période de congé lorsque j’étais dans la vie active et également après ma retraite.
      Agée aujourd’hui de 75 ans, mon dernier séjour à Dakar remonte à 2002 où j’ai participé, notamment, au Premier Congrès Panafricain de santé mentale (Dakar, 18-20 mars 2002) en tant que membre du Comité d’Organisation. A l’époque c’est le Président du Comité scientifique du Congrès, un ami de longue date, Sénégalais et musulman pratiquantqui m’avait conduite à l’abbaye de Keur Moussa.
      Je sais qu’hélas comme dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale, la situation s’est dégradée en raison de la montée de l’intégrisme et de l’influence des fondamentalistes (financement par des puissances étrangères d’écoles coraniques etc.).
      Le Sénégal ne fait pas exception mais, la situation est infiniment plus grave dans des pays tels que le Tchad, le Soudan, la RCA, la R.D.C le Cameroun, le Mali. En effet, à la fin du Siècle dernier, Chrétiens et Musulmans se rencontraient pour fêter ensemble Noël, l’Ait ElKebir etc. Cette époque est hélas révolue.
      Cependant, chaque année et en partculier lors de la célébration de la semaine
      œcuménique, nous sommes de plus en plus nombreux parmi les laïcs, notamment en France où sévit une crise des vocations religieuses, à prendre conscience du rôle que nous sommes appelés à jouer. Restons “éveillés” et, au lieu de nous lamenter, adaptons-nous et conservons l’espérance en un monde meilleur par la prière. Le monde change et à présent, ce sont nos frères d’Afrique et d’Amérique Latine où les vocations religieuses sont de plus en plus nombreuses, qui viennent redonner espoir à nos sociétés occidentales minées par la recherche du profit, la perte des valeurs familiales la corruptions et la déliquescence des pouvoirs politiques.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services