Non classé

Violations des droits religieux de chrétiens au Royaume-Uni : jugements le 15 janvier à la CEDH de Strasbourg

Commentaires (5)
  1. Avatar gaudet dit :

    Il est indispensable de se rappeler que la couronne britannique depuis l’avènement du roi henry 8 , est chef de l’église nationale et , à ce titre , en principe garante des intérêts des chrétiens, vivant sur le territoire.

    En conséquence je serais enclin à conseiller à ces victimes de faire appel au pouvoir hiérarchique britannique, afin d’obtenir gain de cause ou des dédomagements

    1. @Gaudet

      Cher ami, vous n’avez pas suivi au moins une de ces affaires dont il me souvient avoir traité sur ce blogue. Pour les histoires de petites croix-bijou, les deux personnes concernées ont perdu en première instance et en appel devant les tribunaux britanniques. Donc, pour ce qui est de la défense par la Souveraine des « intérêts des chrétiens » vivant au Royaume-Uni, on repassera… Ces deux chrétiennes n’avaient dès lors pas d’autre recours que la CEDH.

  2. Avatar LEFOL jean-pierre dit :

    “Vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon Nom.”

  3. Avatar Sonia Djenandji dit :

    L’histoire se répétera!!
    Léon Camus – 23 septembre 2012

    “La secte cabaliste des Dönmeh est fondée proprement dit au XVIIe siècle, en 1665, par Sabbataï Zevi, lequel se présenta – ainsi que beaucoup d’autres ces deux derniers millénaires – comme étant le Messie attendu et annoncé. Nous n’entrerons pas dans les méandres d’une doctrine où bien et mal se confondent et s’inversent, ce qui confère un regrettable côté sataniste à l’enseignement du démiurge autoproclamé. Ses fidèles le suivirent motu proprio dans une conversion opportuniste à l’islam ce qui permit au rabbi caméléon de se glisser dans les bonnes grâces du Calife ottoman Mehmet IV.

    Pratiquant une sévère endogamie les Dönmeh en tant que communauté secrète – au grand jour immergée dans la Communauté des Croyants, l’Oumma, tout en lui restant intrinsèquement étrangère suivant sa nature de secte ethniquement homogène – finirent par constituer une société en soi au sein même de la société turque… Pouvoir invisible qui lui a conféré au fil des ans une véritable puissance laquelle s’est actualisée à l’aube du XXe siècle dans et par la Révolution des Jeunes Turcs le 24 juil. 1908.

    Que le “Comité Union et Progrès“ qui conduisit – sur le même modèle que les bolchéviques issus du Bund suivirent dans la Russie de l’automne 1917– ait été un alias de la cryptarchie néo-sabbatéenne ne fait maintenant plus aucun doute sauf pour le révisionnisme officiel… une évidence cependant rarement publiée ou documentée, et l’on comprendra aisément pourquoi ! La Révolution Jeunes Turcs n’est au demeurant pas sans rappeler – quoique selon des modalités différentes, même si le schéma général reste pour l’essentiel inchangé – l’actuel drame syrien où l’équivoque salafisme wahhabite joue un rôle déterminant par djihadistes fanatisés et mercenaires interposés… L’histoire se répète inlassablement sans pour autant bégayer.

    Que visaient donc les Jeunes Turcs ? En premier lieu l’abolition du Califat musulman… et ce n’est pas seulement les conséquences et l’aboutissement de la Révolution Jeunes Turcs qui nous l’apprennent : en 1909 la contre-révolution tente de s’organiser autour du Sultan, mais trop tard. Des prêtres et des hodjas sont partout dépêchés en Turquie pour informer des buts des Jeunes Turcs, faux nez de la cryptarchie sabbatéenne : la destruction du Califat, de l’islam et des chrétientés d’Orient. Rien n’y fait. La Révolution triomphe et inaugure son règne par le génocide des Arméniens catholiques et la fondation d’un État non confessionnel dans le cadre de l’État kémaliste. À la même époque, en France la séparation de l’Église et de l’État est consommée et le glissement vers l’abîme de la Grande Guerre parvient à son terme.
    Après avoir évoqué la crypto-communauté turque des Donmeh(1) – musulmans le jour, israélites la nuit – un curieux texte de Wayne Madsen(2) initialement publié par la très sérieuse « Strategic Culture Foundation(3) » en oct. 2011, a été récemment remis en ligne sur le site dissident CounterPunch(4). Un texte éclairant qui retrace la filiation souterraine existant entre la Turquie kémaliste et la dynastie des Séoud… celle-ci apparaissant curieusement comme une sorte de reflet oriental de l’Amérique contemporaine, tout à la fois rigidement puritaine et moralement corrompue.”

  4. Avatar Melmiesse dit :

    Il s’agit de porteuses de croix- ,pas de pectoral que portaient les pharaons,- et dont les employeurs ne supportent pas l’approche, manifestation d’intolérance athée. Dans les autres cas, il y a contrainte sur la pensée. Ces chrétiens ont raison de se défendre

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services