La Une

Opéra de Lyon : Castellucci salit Jeanne d’Arc…

1 février à 07:23
Commentaires (20)
  1. Avatar balaninu dit :

    c’est fait j’ai signé la pétition ….

    Satan est à l’oeuvre, par l’entremise de ces pourris…

      1. Avatar balaninu dit :

        Merci M. Hamiche !!!!

  2. Avatar Gérard ' dit :

    Au nom de l’Immaculée Conception arrière satan!
    J’ai signé!

  3. Avatar Katia dit :

    C’est signé.
    Nous ne devons pas laisser ces satanistes notoires diffuser leur venin!

  4. Avatar Charlotte Parc dit :

    Je suis toujours gênée de critiquer ce que je n’ai pas vu.
    Mais j’essaie de comprendre.

    La description faite par @M. Hamiche semble aux antipodes de ce que le site de l’Opéra de Lyon raconte sur son site (lien déjà donné par @M. Hamiche dans son article ) http://www.opera-lyon.com/spectacle/jeanne-au-bucher

    “Arthur Honegger Du 21 janvier au 3 février 2017 À PARTIR DE 14 ANS (Tiens bizarre, pourquoi ? Rien de ce qui est écrit par la suite ne le justifie !)
    Jeanne d’Arc au bûcher Oratorio dramatique en 11 scènes avec prologue, 1938 Livret de Paul Claudel En français
    Nouvelle production – En coproduction avec l’Opéra de Perm, la Monnaie / De Munt, et l’Opéra de Bâle
    Les derniers moments d’une Jeanne d’Arc exaltée et angoissée mis en musique par Arthur Honegger et en poésie par Paul Claudel, avec la force visionnaire de Romeo Castellucci pour traduire en sublimes images le mystique et le religieux.
    L’histoire
    Jeanne d’Arc est sur le bûcher, elle voit sa vie défiler. Onze tableaux pour retracer son histoire, onze pages du livre de sa vie évoquées feuille à feuille avec frère Dominique, alors que le feu se prépare. De l’infâme jugement d’un tribunal dirigé, par des animaux à son enfance insouciante, c’est la France blessée et l’épopée de la Pucelle qui sont évoquées à rebours, au milieu des cris de haine d’une foule hostile, à jamais impénétrable pour l’innocente Jeanne.
    Jeanne, étrange et étrangère
    Jeanne d’Arc au bûcher, œuvre difficilement classable, a les apparences d’un oratorio avec chœur et orchestre mais les personnages qui font l’histoire sont des rôles parlés : les derniers instants de la sainte se prêtent ainsi aisément à l’action dramatique, mais aussi mystique puisque Jeanne, déjà en dialogue avec le Divin, ne comprend plus la haine des hommes… C’est son étrangeté qui passionne dans cette œuvre, sa nature à la fois humaine et mystique, dont s’emparera le flamboyant Romeo Castellucci, passionné par la question du religieux. Audrey Bonnet, fragile et résistante comme le roseau, mais toujours vibrante, sera Jeanne aux côtés du frère Dominique de Denis Podalydès.”

    Franchement quand on lit ça et qu’on ne connait pas l’œuvre, ça donne envie d’aller voir le spectacle.

    Pourquoi une telle présentation mensongère alors ? Pour que ne soit pas refusées les essentielles subventions ministérielles ? Pourtant le seul nom du metteur en scène devrait mettre un peu la puce à l’oreille ! Il doit avoir un problème de l’ordre de la psychanalyse avec la foi chrétienne cet homme-là à lire son CV.

    Le dossier de presse (vous pouvez le lire en cliquant sur l’icône “dossier de presse” présente sur la page dont j’ai fourni ci-dessus l’URL) est un modèle du genre “salmigondis dont raffole les bobos qui feignent d’être plus intelligents que tous les autres car il n’osent ni dire ni écrire qu’un tel verbiage n’a aucun sens.”
    Sans me prendre pour Einstein, loin de là, j’ai tout de même 13 années universitaires au compteur qui devraient me donner un très large accès à la culture contemporaine ! Voyez plutôt :
    “Il ne s’agit pas de se demander ce que Jeanne d’Arc signifie pour nous aujourd’hui mais ce que nous, nous signifions pour elle. Jeanne devient le miroir qui renvoie au spectateur que je suis mon propre regard pour que je devienne le témoin oculaire de ma propre présence.”
    Ou encore :
    “Il m’a fallu faire tomber Jeanne d’Arc de son piédestal et introduire un personnage médian, un être humain « sans contenu ». La Pucelle fait irruption telle la foudre qui s’abat sur une personne quelconque et vient perturber un aperçu de quotidienneté. Cette nouvelle présence, qui vit maintenant en un lieu inapproprié, devient l’enveloppe qui abrite les voix que nous écoutons, une figure prismatique dans laquelle se réfractent les strates de cette histoire. Il est question d’invasion et de possession. C’est comme si Jeanne devenait à son tour une voix. Dans un certain sens, on pourrait dire que sur scène il n’y a personne à part les voix. La dimension acousmatique et la spatialisation du son sont essentielles. Cet espace de fiction fait s’écrouler toute référence, met entre parenthèses le personnage de Jeanne pour en proposer une nouvelle représentation sous un autre angle, très terre à terre, dans le but de mettre au jour un noyau humain dans la niche laissée vacante par le symbole.”

    Vous avez compris ?
    Pas moi !

    Néanmoins, je ne crois pas très productives les pétitions-indignations du genre de celle de cette pétition-là ; elles ne font que pousser les bobos à reléguer leurs signataires dans la “fachosphère” et à les mettre dans le même sac que les musulmans ayant commis des violences innommables au sujet des caricatures de Mahomet ; mais ne pas réagir du tout est aussi coupable. Qu’ils pensent ce qu’ils veulent de Jeanne d’Arc, de Claudel et d’Honneger, chacun est libre de ses opinions, mais qu’ils n’exposent pas leurs convictions transgressives avec de l’argent public qui est ainsi détourné du bien commun en méprisant ceux pour qui Jeanne D’Arc, Claudel et Honegger représentent des valeurs dont ils n’ont même pas idée.

    Au demeurant, si la Cour des Comptes ne se saisit pas de ce dossier de mésusage, de gâchis des deniers publics,( à côté de telles subventions plus que contestables l’état ne verse plus un kopeck aux conservatoires de musique pourtant si populaires http://www.diapasonmag.fr/actualites/a-la-une/l-abandon-des-conservatoires-par-l-etat-est-une-faute-politique-majeure )les responsables d’un tel spectacle auront un jour à répondre devant un tribunal autrement plus exigeant de leurs exactions.
    Prions pour que, au moins quelques-uns, reviennent de leurs mauvaises voies, s’humilient, prient et cherche la face de Dieu pour qu’ils soient pardonnés. (2 Chroniques 7,14)

    PS Le lien concernant la critique acerbe de ce spectacle dans Diapason n’est pas le bon, le bon lien est ici : http://www.diapasonmag.fr/actualites/critiques/opera-de-lyon-jeanne-d-arc-au-bucher-massacree-par-romeo-castellucci

    1. Avatar Charlotte Parc dit :

      @M. Hamiche
      Merci d’avoir rétabli le bon lien pour diapason

  5. Avatar Katia dit :

    Oui prions afin que ceux qui ne veulent pas voir puissent enfin ouvrir les yeux,sur ce monde qui tombe dans l’abîme ,sur ce monde qui veut chasser Dieu,sur ce monde qui veut salir tout ce qui a un lien avec le Très-Haut.

  6. Avatar Gisèle dit :

    SALIE est l’anagramme de ASILE !

  7. Avatar RH dit :

    Il faudrait surtout exorciser ce pauvre homme non ?

  8. Avatar Gilberte dit :

    Avenir de la Culture fait aussi circuler une pétition, je l’ai signée hier

  9. Avatar Denis F dit :

    J’ai signé, évidemment!
    Mais je suis gêné…
    Dans le texte, on lit “gogos, coco…
    Et où sont donc passés tous les bobos, qui ne sévissent pas qu’à Paris, SVP???

  10. Avatar cril17 dit :

    ” Le service diocésain arts cultures et foi a reçu pour mission du Cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, d’être présent et attentif à la création artistique et aux évolutions culturelles de la société actuelle dans le diocèse de Lyon.

    Une équipe de laïcs et de prêtres met en œuvre cette mission.

    Le service est attentif aux artistes et aux oeuvres qui nous interpellent sur le plan spirituel, et nous examinons comment ils peuvent devenir source commune de rencontres, de dialogues et de questionnements.

    Pierre Moutarde, délégué épiscopal

    http://artsculturesetfoi-lyon.cef.fr/

    Et en page de Une, voyez la bonne humeur de SE le Cardinal Philippe Barbarin !
    Un effet du gaz moutarde peut-être, centenaire de la guerre de 14-18 oblige ?

    http://lyon.catholique.fr/

    http://lyon.catholique.fr/?Retour-sur-la-rencontre-entre-le

  11. Avatar Le Sommelier dit :

    N ° 17067 . Loi instituant une fête nationale de Jeanne d’Arc, fête du patriotisme .

    Loi du 10 Juillet 1920 promulguée au Journal officiel du 14 Juillet 1920 .

    Le Sénat et la Chambre des Députés ont adopté ,
    Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :
    Art.1er. La République française célèbre annuellement la fête de Jeanne d’ Arc , fête du patriotisme .
    2. Cette fête a lieu le deuxième dimanche de mai, jour anniversaire de la libération d’Orléans.
    3. Il sera élevé en l’ honneur de Jeanne d’ Arc, sur la place de Rouen, où elle a été brûlée vive, un monument avec cette inscription :

    A JEANNE D’ ARC
    LE PEUPLE FRANCAIS RECONNAISSANT .

    La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des Députés, sera exécutée comme loi de l’ Etat .
    Fait à Rambouillet le 10 Juillet 1920 .
    Signé : P. Deschanel .
    Le ministre de l’ intérieur. Signé : T. Steeg .
    Le Garde des sceaux, Ministre de la justice,
    Chargé par intérim de la présidence du conseil, Signé : Lhaupiteau .

    Commentaire :
    C’ est donc au Maire de Lyon et au préfet de faire respecter cette loi et à la justice de condamner les contrevenants qui insultent la Nation française à travers ce qu’ elle a de plus sacré .

  12. Avatar Marie-Victoire dit :

    C’est ignoble ! j’ai signé, et j’ai fait suivre la pétition le plus largement possible.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services